Informations, publications et newsletters

Les marqueurs biologiques de la dénutrition

à 01/02/2012
Nos Informations >> newsletter

UNE PATHOLOGIE INTERCURRENTE

La dénutrition est une complication fréquente des états pathologiques intercurrents (cancer, maladie inflammatoire, chronique,infectieuse…). Les cytokines produites alors induisent des troubles:
- cliniques et thermiques avec un déséquilibre profond de la balance énergétique,
- hormonaux avec une production excessive d’hormones catabolisantes et hyperglycémiantes
- et métaboliques avec une augmentation de la protéolyse et de la lipolyse, une augmentation de la fonte de la masse maigre du tissu adipeux

Cet hypercatabolisme associé à la consommation des réserves nutritionnelles et à la baisse des apports protéinoénergétiques entraine la dénutrition, une diminution des défenses de l’organisme, et la survenue de nouvelles pathologies intercurrentes (ex : infectieuses) créant ainsi un véritable cercle vicieux que seul une renutrition rapide et adaptée peut venir casser.

LES DEUX GRANDS TYPES DE DENUTRITION

Dénutrition exogène : Baisse des apports protéinoénergétiques
Dénutrition endogène : Augmentation du métabolisme basal ; Augmentation de la synthèse des protéines de l’inflammation ; Besoin de réparation de tissus lésés ; Augmentation des pertes (exsudatives, rénales, hyper catabolisme)

LES MARQUEURS DE LA DENUTRITION

La Pré-albumine (marqueur précoce) et l’albumine (marqueur tardif) sont des marqueurs biologiques:
- de dénutrition exogène (baisse de leur synthèse à cause de la diminution en apports énergétiques et en acides aminés dans l’alimentation) ;
- et de dénutrition endogène (par détournement du métabolisme de synthèse hépatique en faveur des protéines de l’inflammation et augmentation des pertes).
Les protéines de l’inflammation CRP (inflammation aigue) et Orosomucoïde (inflammation chronique) sont des marqueurs de dénutrition endogène.

STRATEGIE DE PRESCRIPTION A ADOPTER

Pour évaluer et typer la dénutrition, il faut effectuer un bilan d’entrée comportant des marqueurs de dénutrition proprement-dit : Pré-albumine (marqueur précoce) et albumine (marqueur chronique) ainsi qu’au moins un marqueur inflammatoire de dénutrition endogène : CRP (et/ou Orosomucoïde)
La réussite de la renutrition sera évaluée par une baisse de l’inflammation et un retour à la normale des taux de préalbumine à 1 semaine et d’albumine à 3 semaines.La réalisation est facile (prélèvement sur sérum, aucune condition pré-analytique particulière) et peu couteuse.
 
E. Béguier

Dernière modification: 23/10/2013 à 14:18

Retour